FIANCÉS, CONTEMPLEZ L’ICÔNE DU SACREMENT DU MARIAGE !

 

Cette magnifique icône catholique, remplie de lumière, l’icône de Notre-Dame de l’Alliance, exprime le mystère de l’Alliance dans lequel vous voulez entrer un jour par le sacrement du mariage. Que l’Esprit Saint illumine les yeux de votre cœur pour que vous puissiez comprendre en profondeur la richesse des mystères qu’elle exprime.

 

Vous connaissez la joie d’aimer et d’être aimé(e), la douceur d’une tendresse partagée. Vous avez dans le cœur le désir qu’amour rime avec toujours ; mais vous voyez autour de vous tant de couples qui se défont… Peut-être celui de vos parents est-il divisé ou brisé, et vous-mêmes avez-vous déjà connu un échec sentimental douloureux…

« Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes. (…)

Et pourtant je vous dis que le bonheur existe ! » (Aragon)

 

Jésus veut votre bonheur. Aujourd’hui, comme il y a 2000 ans, il vient au-devant de vous pour vous montrer le chemin qui y conduit, et pour vous accompagner sur ce chemin.

 

Vous êtes-vous interrogés sur les raisons essentielles des difficultés et des échecs des couples ?

La première, c’est une conception trop romantique de l’amour, réduit au sentiment amoureux. Celui-ci facilite la rencontre et les premiers échanges. Mais il masque chez certains des blessures affectives profondes reçues très tôt dans une mauvaise relation à leurs parents. Certains ont été abandonnés, rejetés, victimes de violence, d’abus sexuels de la part d’un de leurs parents, ou parfois des deux. Quand ils tombent amoureux, ils attendent de l’autre qu’il (elle) vienne combler leur besoin affectif, et ont beaucoup de mal de vivre le don d’eux-mêmes qui caractérise l’amour véritable, don qui permet alors de former avec l’autre une communauté de vie et d’amour.

S’ils ont de telles blessures, ils ont besoin d’une guérison. Qu’ils demandent à Jésus de guérir leur cœur blessé, pour qu’ils deviennent capables d’un amour oblatif. Celui-ci est symbolisé sur l’icône par le fait que les époux tendent l’un vers l’autre non une main crochue (amour captatif), mais une main tendue, ouverte pour un don total et généreux.

(Quand les blessures sont trop profondes et ont gravement perturbé le comportement, l’aide des psychologues est nécessaire, sinon la relation risque d’aboutir à un échec.)

 

La deuxième raison essentielle des difficultés et de l’échec des couples, la plus impor-tante, c’est que notre cœur est comme un terrain semé de bon grain et d’ivraie.                                                                                                                               Le bon grain, ce sont toutes les merveilleuses graines de confiance, d’amour, de tendresse, d’humilité, de générosité, de patience, de fidélité, etc., que Dieu nous a données en nous créant, et qu’à notre baptême il a restaurées en nous recréant spirituellement.

L’ivraie, ce sont toutes ces mauvaises graines du péché qui hélas nous habitent aussi : la méfiance, la colère, la méchanceté, l’orgueil, l’égoïsme, la luxure, l’esprit d’indépendance, l’infidélité, etc. Le baptême n’arrache pas ces graines, mais il nous donne la force de les neutraliser, si nous restons en communion avec Jésus par la prière et les sacrements.

Quand on est amoureux, c’est le bon grain surtout qui pousse et qui l’emporte. Mais dans la vie commune, l’ivraie se manifeste vite et, si l’on n’est pas vigilant, les mauvaises ronces du péché peuvent progressivement tout envahir et étouffer l’amour.

Pour éviter cette catastrophe, il faut constamment alimenter dans son cœur la source de l’amour qui fait fleurir les bonnes graines des vertus, et lutter contre l’ivraie des défauts et des péchés qui divisent le couple et peuvent faire éclater la cellule familiale. Mais ce combat est humainement difficile, surtout pour les êtres très blessés.

 

Heureusement Jésus, le Vivant, vient au-devant de nous pour nous faire entrer dans le mystère de l’Alliance avec Dieu, au sein de laquelle l’alliance entre l’homme et la femme unis en Dieu, devient inébranlable.

Contemplez l’icône. L’Alliance est symbolisée par le grand cercle en or rouge, qui évoque la lumière divine. De toute éternité le Père vous a bénis, choisis, destinés à devenir ses enfants bien-aimés dans le Christ, par l’Esprit (cf. Ép 1,3-6). Sa main, en haut de l’icône, est la source de toutes ces bénédictions.  Il vous a créés par amour pour que vous entriez dans son Alliance.

Cela n’est devenu possible que parce que Jésus est venu parmi nous pour nous libérer du péché. En effet, depuis la faute d’Adam et Ève (solidaires dans la faute !), l’humanité était plongée dans le péché, et incapable de retrouver la communion avec Dieu.

Le Père a d’abord choisi Abraham et sa descendance, pour leur apprendre à refaire alliance avec lui ; et il les a formés par les prophètes dans l’espérance du salut.

Enfin, quand l’heure fut venue, il a envoyé son propre Fils pour qu’il soit notre Sauveur. Jésus est l’image du Dieu invisible, c’est pourquoi il porte un grand manteau orangé strié de lumière. Il est le visage du Père ; c’est pourquoi son visage est au centre de l’icône, entouré d’un halo d’or. Jésus nous a révélé l’amour infini du Père, nous a montré comment vivre en fils, et, au terme de sa mission sur terre, il nous a rachetés et sauvés. Il est allé jusqu’au bout de l’amour pour le Père et pour nous ; il a pris sur lui tous nos péchés, et a accepté de souffrir son horrible passion pour nous obtenir, sur la croix,  le pardon du Père, notre réconciliation avec Dieu, notre entrée dans l’Alliance nouvelle et éternelle. Ceci est symbolisé par la croix rouge dans son auréole, avec l’inscription en grec : « ho ôn », « Celui qui est », « le Seigneur ». Puis Jésus est mort et ressuscité pour nous donner la vie éternelle, et le Père l’a élevé auprès de lui dans la gloire, où il règne pour toujours sur tout l’univers (sa tunique pourpre symbolise sa royauté).

 

Fiancés, votre entrée dans l’Alliance s’est réalisée au baptême (symbolisé par les lampes en bas de l’icône) : Dieu a envoyé sur vous l’Esprit Saint (symbolisé par la colombe jaillie de la main du Père) ; vous avez alors reçu le pardon de tous vos péchés et la vie de Dieu ; vous êtes devenus enfants bien-aimés du Père, frère ou sœur de Jésus, et demeures de l’Esprit Saint.

Désormais un lien indissoluble vous unit à Jésus (lien symbolisé sur l’icône par le fait que l’homme et la femme donnent une main à Jésus), et vous êtes membres de son Corps (Ép 4,4-6) ; par l’Esprit Saint il répand dans votre cœur l’amour du Père (cf. Rm 5,5) et vous rend capables de l’aimer en retour (cf. Rm 8,14-16). Vous êtes entrés dans l’Alliance nouvelle et éternelle ; celle-ci repose sur les trois piliers que sont la foi, la charité et l’espérance.

Seulement, cela vous ne pouvez le vivre que si vous communiez intensément à Jésus par la prière et les sacrements ; particulièrement en méditant sa Parole (symbolisée sur l’icône, dans la maison de gauche, par le livre où est inscrit : « Aimez ! Ne jugez pas ! »), et en le recevant dans l’Eucharistie, sacrement par excellence de la nouvelle Alliance (symbolisée par le calice et l’hostie dans la maison de droite). Par sa Parole et par le pain eucharistique Jésus demeure en vous et vous unit intimement à lui ; il vous communique son Esprit d’amour et nous rend capables d’en vivre. Cette communion des baptisés en Jésus est signifiée par le fait que le Seigneur, et autour de lui sa mère et les deux époux, se trouvent réunis dans le grand cercle de l’Alliance.

 

La Vierge Marie mérite d’être appelée Notre-Dame de l’Alliance parce qu’elle est entrée la première dans l’Alliance nouvelle et éternelle. Cela dès sa conception immaculée, car elle a été préservée du péché originel par une grâce venant déjà de la Passion de Jésus ;    et ensuite elle n’a jamais péché. Sa sainteté est signifiée par son auréole dorée.

C’est en elle, au moment de l’Annonciation, que la nouvelle Alliance a commencé : Jésus, Fils de Dieu et vrai homme, unit en lui le ciel et la terre, Dieu et l’humanité. Marie, en acceptant de devenir la Mère de Jésus, a permis à celui-ci de venir accomplir notre salut.

La Vierge sainte est aussi présente au pied de la croix, au moment où Jésus inaugure l’Alliance nouvelle et éternelle, associée d’un cœur maternel à son sacrifice. À cause de cela, elle participe à la royauté de Jésus, ce que symbolise son grand manteau pourpre. Et c’est alors que Jésus nous la donne comme Mère (cf. Jn 19,25-27).

Durant toute sa vie, Marie, Mère de Dieu et Mère de l’Église, a été un modèle de foi, de charité et d’espérance : ce sont les trois piliers de l’Alliance. Sur l’icône, maternellement elle pose ses mains sur l’épaule des époux pour les amener à Jésus, afin qu’ils vivent eux aussi, à son exemple, la foi, la charité et l’espérance.

 

Fiancés, Marie vous invite à vivre cela au sein même de votre alliance conjugale. Si vous voulez qu’amour rime avec toujours ; si vous voulez que, dans votre couple, le bon grain croisse et que l’ivraie n’étouffe pas votre amour, fondez celui-ci sur le roc, c’est-à-dire sur Jésus, et recevez la grâce du sacrement du mariage.

Baptisés, vous êtes déjà unis à Jésus par un lien que rien ne peut défaire. En vous mariant à l’Église, votre consentement va sceller entre vous un lien encore plus étroit, qui est Jésus lui-même. Sur l’icône, les époux donne leur main droite à Jésus, et tendent l’un vers l’autre leur main gauche, qui va recevoir leur alliance, signe de leur amour et de leur fidélité. Si votre consentement est valide, il scellera entre vous dans le Christ un lien indissoluble et éternel que ni l’Église, ni aucune force humaine ne pourra défaire. « Mes brebis, a dit Jésus, personne ne pourra les arracher de ma main » (Jn 10,28). Et ce lien donnera origine à une alliance garantie par la fidélité de Dieu.

(C’est pour cela que, après un divorce, si des baptisés dont le mariage était valide s’engagent dans une nouvelle union, l’Église ne peut bénir celle-ci)

Fiancés, lorsque vous serez mariés dans le Seigneur, vous pourrez alors vivre le sacrement de l’alliance, et surmonter jour après jour les difficultés qui proviennent des blessures,  et les obstacles provoqués par les péchés. La confiance que vous avez l’un dans l’autre, votre amour mutuel et votre désir de fidélité seront purifiés, consolidés et transfigurés dans le Christ, par l’Esprit. Dès lors, si vous restez solidement unis à Jésus par la prière quotidienne   et par la réception des sacrements de la réconciliation et de l’Eucharistie, il n’y a aucune difficulté, aucune épreuve, que vous ne puissiez surmonter avec la grâce de Dieu, car il est éternellement fidèle.

 

Invoquez chaque jour l’Esprit Saint. Il est venu sur Jésus au moment de son baptême sous la forme d’une colombe. Sur l’icône, envoyé par le Père, il plane sur tous ceux qui entrent dans l’Alliance avec Jésus, et particulièrement sur les époux qui s’unissent en lui. Or le plus grand don de l’Esprit c’est la charité, comme le rappelle l’hymne à l’amour en 1 Co 13 : L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. (v.4 à 7) (Le Pape François a fait un très beau commentaire de ce texte dans Amoris laetitia aux numéros 90 à 119.)

 

C’est également l’Esprit Saint qui vous permettra de vivre votre amour comme le sacrement de l’amour du Christ pour l’Église son Épouse. Saint Paul développe cela dans le grand texte d’Ép 5,21-33, sur lequel se fonde la théologie du sacrement du mariage. L’apôtre l’introduit ainsi :

« 18 Ne vous enivrez pas de vin, car il porte à l’inconduite ; soyez plutôt remplis de l’Esprit Saint. 19 Dites entre vous des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre cœur. »                                                                                                                            Puis il entre dans le vif du sujet, définissant ce que saint Augustin a appelé « l’ordre de l’amour » :                                                                                                                                     21 Par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres ;  22 les femmes, à leur mari, comme au Seigneur Jésus ; 23 car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps. (…) 25 Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, 26 afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole. (…)  Je ne peux commenter ici ce texte si dense (et souvent mal compris) ; je renvoie à la méditation Le sacrement du mariage, Ép 5,21-33 .                                                                                                                            Retenons seulement que l’homme et la femme, fondamentalement égaux, ont néanmoins une vocation spécifique, ce qui est signifié sur l’icône par les couleurs différentes des vêtements. L’orangé du sous-vêtement de la femme souligne sa mission de révéler à l’homme le secret de l’amour de Dieu, et sa tunique  qui tire plus sur le carmin garance symbolise l’amour, avec une note de souffrance : tout couple, pour grandir, passe par des crises de croissance qui peuvent être douloureuses ! L’homme, lui, a un manteau couleur du désert, couleur de l’ascèse. Il lui en coûtera parfois de donner sa vie, comme Jésus, pour son épouse et pour leurs enfants, dont il doit être un humble et solide serviteur.                                                                                                                              

 

Si l’homme et la femme s’aiment comme le Christ et l’Église, ils fonderont une famille qui deviendra une « petite église domestique », comme dit le Concile (LG 11). Celle-ci est symbolisée par les maisons en haut de l’icône, unies par le voile rouge de l’Esprit d’amour.

Fiancés qui contemplez cette icône, si vous vous mariez dans le Christ, et si vous lui restez attachés, le Seigneur purifiera votre cœur pour que l’ivraie n’étouffe pas votre amour ; il consolidera la confiance mutuelle que vous avez l’un dans l’autre ; il vous unira en lui d’un amour plus fort que toutes les forces qui divisent (le « diviseur », en grec, se dit « diabolos,   le diable » !) ; chaque jour il renouvellera votre amour par l’Esprit Saint ; et si des épreuves surviennent, il vous donnera la force de les surmonter ; jamais il ne vous abandonnera, car si nous manquons de foi, lui reste fidèle à sa parole, car il ne peut se rejeter lui-même. (2 Tm 2,13)

Marie notre Mère, Notre-Dame de l’Alliance, veillera aussi sur vous : elle est votre modèle et intercèdera fidèlement pour vous, si vous mettez en elle votre confiance !

                                                                                              P.Salaün                                                                                                     2 Février 2017

 

Pour télécharger ce document:

Pour approfondir :

Sur mon site : 

  • La méditation : Le sacrement du mariage, Ép 5,21-33 (onglet MARIAGE)

  • La méditation : Vivre le sacrement de l’Alliance (onglet MARIAGE)