VENEZ À JÉSUS MISÉRICORDIEUX

Parcours de restauration intérieure

Dieu, notre Père, nous a créés à l’image de son Fils pour que nous vivions, dans l’Esprit, une communion d’amour avec lui et entre nous. Il veut notre bonheur !

 

Or nous faisons l’expérience que nous sommes faibles, plus ou moins blessés,  pécheurs… et plus ou moins malheureux. Comment parvenir au bonheur ? Dans son infinie miséricorde, notre Père a envoyé Jésus pour nous sauver. Aujourd’hui encore, par l’Esprit, il veut nous purifier de nos péchés, guérir nos blessures, nous restaurer et nous fortifier.

 

Mais nous devons comprendre comment il s’y prend, et comment nous pouvons collaborer à notre restauration. Le but de ces chapitres, est de baliser le chemin en mettant en lumière les passages obligatoires  pour notre restauration intérieure.

 

Il comprend 8 chapitres :

Ch. I – Dieu veut nous restaurer tout entiers (19 p)

            Dieu nous a créés à son image. Hélas, le péché a détruit la belle harmonie qu'il avait conçue pour nous        à l'origine. Mais aujourd'hui il veut nous restaurer tout entiers: l'esprit et l'âme, avec toutes ses facultés: intelligence, volonté, affectivité, mémoire, imagination.


Ch. II – Le Père nous aime et veut notre bonheur. Renonçons aux fausses images de Dieu (15 p.)

            Notre vocation est de revenir au Père qui nous aime et veut nous restaurer pour notre bonheur. Malheureusement nous sommes freinés parce que, à cause du péché, nous avons beaucoup d'images fausses  de Dieu ! Écartons-les pour pouvoir accueillir son amour, et notre guérison. 


Ch. III – L’adversaire : Satan. Renonçons à ses séductions (25 p.)

             En fait, c'est Satan qui défigure l'image du Père, qui a poussé l'homme au péché, cherche notre perte et      provoque nos malheurs. Sachons déjouer ses pièges pour ne pas tomber dans ses filets.


Ch. IV – Jésus est notre Rédempteur. Le baptême (25 p.)

            Fort heureusement, Jésus a vaincu le mal: Satan, le péché et la mort. À notre baptême il nous donne part à sa victoire: c'est là que nous recevons le pardon de nos péchés, et que commence notre guérison.


Ch. V – Péché et conversion (13 p.)

            Il nous faut réaliser à quel point nous avons été et sommes encore blessés par le péché pour comprendre  de quelle guérison nous avons besoin. Pour faire fructifier les grâces de notre baptême, nous devons vivre en état de conversion, et recourir  au sacrement de la réconciliation, qui est un sacrement de guérison.


Ch. VI – Honorons nos ancêtres ! (23 p.)

            Nos blessures les plus profondes nous viennent généralement de nos propres parents. Pourtant, dans le quatrième commandement, Dieu nous demande de les honorer. Comment y parvenir? Même s'ils sont morts, c'est encore possible.


Ch. VII – Père, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à nos offenseurs (25 p.)

            Quand on a été gravement blessé par quelqu'un, on lui en veut, parfois jusqu'à la haine. Mais celle-ci est un poison qui nous rend malades. Comment en être libéré ? Jésus, comme il a pardonné sur la croix, nous commande de pardonner à nos offenseurs, et il nous en donne la grâce.


Ch. VIII – Les blessures reçues dans la relation au père.

            Les pères peuvent blesser gravement leurs enfants.

            A - Les défaillances des pères (39 p.)

Nous prendrons d'abord la mesure de la profondeur de ces blessures, provoquées par leur autoritarisme, par leur violence, par leur absence, ou quand ils commettent un inceste sur leur enfant.

            B - Pour les pères offenseurs et pour leurs victimes: chemin de guérison (81 p.)

Ce parcours de guérison reprend plusieurs des chapitres ci-dessus et en ajoute d'autres en les adaptant à la situation envisagée ici.

Venez à Jésus, vous qui souffrez. Il donne un sens à nos souffrances (39 p.)

             Nous connaissons de multiples formes de souffrance. Nous pouvons les déposer sur la croix de Jésus, car dans sa passion il a enduré les pires souffrances pour nous rejoindre, et il les a surmontées avec la force de l'Esprit Saint. Si nous lui remettons les nôtres il nous soulage et nous permet de leur trouver un sens.