VIVRE LE SACREMENT DE L'ALLIANCE

Quand on considère le couple et la famille de nos jours, on est frappé par une double réalité contradictoire. D’une part ils apparaissent comme le refuge espéré du bonheur pour la majorité des jeunes, les sondages l’attestent. Et d’autre part, on a de plus en plus peur de s’engager dans le mariage : le nombre des mariages en France est passé de 390 000 en 1975, à 220 000 en 1985, tandis que se développait la simple cohabitation. En 2012 ont été célébrés 240 000 mariages, et conclus 168 200 pacs.

En outre, le couple et la famille sont de plus en pus fragiles ; le nombre des séparations et des divorces ne cesse de s’accroître : il y en a eu seulement 35 000 en 1964, mais 109 600 en 1985, et 125 200 en 2012, auxquels il faut ajouter 48 840 dissolutions du pacs.

On constate donc chez nos contemporains à la fois une aspiration à trouver le bonheur dans la famille, et une difficulté, voire pour certains une incapacité à y parvenir.

 

Dans ce monde païen qui veut parvenir au bonheur en se détournant de Dieu, et qui génère de plus en plus l’échec et la désespérance, les foyers chrétiens ont la belle mission de témoigner de la grandeur du mariage vécu en Dieu. Jésus, le parfait Époux de l’Église, vient à leur rencontre dans le sacrement de mariage pour purifier, élever et sanctifier leur amour humain, pour les aider à surmonter, avec sa grâce, toutes les difficultés.

 

Malheureusement certains n’y parviennent pas, et sont frappés par l’épreuve de la séparation et du divorce. Aux chrétiens qui connaissent le drame crucifiant de la rupture de leur couple, l’Église affirme qu’en Dieu il n’y a pas d’échec : si leur mariage est valide, ils se sont unis en Jésus, et leur unité demeure éternellement dans le Christ. La fidélité à celle-ci, jusque dans l’échec humain et la séparation des conjoints, est un chemin de résurrection et de salut pour ceux qui s’y engagent.

 

Dans cette méditation, nous partirons des difficultés qu’éprouvent les couples sans Dieu pour fonder solidement leur alliance sur ses trois piliers : la confiance, l’amour et la fidélité. (Première partie). Nous verrons alors comment Dieu vient tout renouveler dans le Christ. Jésus est le nouvel Adam qui réalise à la perfection l’Alliance entre Dieu et l’humanité ; il est également l’Époux qui sauve l’Église, se l’unit comme son Corps, et lui donne d’entrer dans l’Alliance nouvelle et éternelle fondée sur la foi, la charité et l’espérance. (Deuxième partie)

C’est de cette Alliance que le mariage entre baptisés est le signe, le sacrement. Le couple humain insère ainsi la réalité qu’il vit dans ce mystère d’Alliance entre le Christ Époux et l’Église. Il peut faire reposer solidement les trois piliers de son alliance sur les trois vertus théologales. (Troisième partie)

Dès lors, son alliance est infrangible et éternelle : même la séparation et le divorce ne peuvent pas la détruire, et les chrétiens séparés et divorcés peuvent continuer à vivre vis-à-vis de leur conjoint la confiance, l’amour et la fidélité. (Quatrième partie)

INTRODUCTION