LE SACREMENT DU MARIAGE (Ép 5, 21-23)
INTRODUCTION

Lorsqu’on interroge nos contemporains sur le mariage, la majorité des jeunes répondent qu’ils espèrent y trouver le bonheur, et pour toute leur vie. Cela est encore plus vrai chez les catholiques, qui ont une haute idée du sacrement du mariage. Mais si on les interroge sur celui-ci, ils n’ont qu’une vague idée de ce qu’il signifie réellement. C’est pourquoi l’Église intervient périodiquement pour le leur rappeler. Ce fut le cas de Pie XI en 1930 [1], de saint Jean-Paul II en 1981 [2], et du catéchisme de l’Église catholique en 1992 [3]. Le synode sur la famille de 2014-2015 le fera aussi assurément. Ils prennent tous appui sur l’Évangile et sur un texte majeur de saint Paul aux Éphésiens (ch. 5). C’est à partir de ce texte que nous allons réfléchir au sacrement du mariage.

 

16   Tirez parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais.

17   Ne soyez donc pas insensés, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur.

18   Ne vous enivrez pas de vin : il porte à l’inconduite ; soyez plutôt remplis de l’Esprit Saint.

19   Dites entre vous des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre cœur. 20 À tout moment et pour toutes choses, au nom de notre Seigneur Jésus Christ, rendez grâce à Dieu le Père.

21   Par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres ;

22   les femmes, à leur mari, comme au Seigneur Jésus ;

23   car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps. 24 Eh bien ! Puisque l’Église se soumet au Christ, qu’il en soit toujours de même pour les femmes à l’égard de leur mari.

25   Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, 26 afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole ; 27 il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée.

28   C’est de la même façon que les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime soi-même. 29 Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église, 30 parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture : 31 À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. 32 Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église.

33   Pour en revenir à vous, chacun doit aimer sa propre femme comme lui-même, et la femme doit avoir du respect pour son mari.

(Ep 5,16-33 ; traduction officielle liturgique)

 

Même si le passage concernant le mariage commence au verset 22, j’ai tenu à citer les versets précédents pour bien amorcer la réflexion. Du reste, quand saint Paul écrit au début : « Nous traversons des jours mauvais » (v 16), comment ne pas penser à toutes les lois contraires à la conception chrétienne du mariage, qui ont été votées ces dernières années dans de nombreux pays européens, dont la France, par les ennemis de Dieu et de l’Église !

 

Nous chrétiens, nous devons entendre l’exhortation de l’Apôtre : « Ne soyez donc pas insensés, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur. (v.17) » Nous devons refuser toutes ces lois mondaines insensées et en demander l’abrogation ; il nous faut rechercher uniquement quelle est la volonté du Seigneur sur le mariage et sur la famille en méditant la Parole de Dieu et en accueillant l’enseignement sûr de l’Église.

 

Pour cela un impératif : « Soyez plutôt remplis de l’Esprit Saint » (v.18). Seul l’Esprit Saint, grâce au don de conseil (ou discernement) nous permet de comprendre en quoi les idées mondaines sont insensées ; seul l’Esprit Saint, l’Esprit de Vérité, grâce au don d’intelligence nous conduit à la vérité tout entière sur la volonté du Seigneur concernant le mariage et la manière de le vivre en Dieu. L’exhortation de saint Paul à accueillir l’Esprit est fondamentale, et tout le reste du texte en découle : l’apôtre utilise en effet pour la suite, jusqu’au verset 21, des participes (qui n’apparaissent plus dans la traduction).

 

Nous avons bien besoin de l’Esprit Saint, car le texte de saint Paul est très dense et très complexe [4] ;

  • Ce texte fait référence au couple originel et au « sacrement primordial » (saint Jean-Paul II) qui l’unissait ; et Jésus y renvoie aussi dans son enseignement (cf. Mt 19,4-5) ; que nous dit l’Église à ce sujet ?

  • Puis il y a eu le péché originel : quelles en ont été les conséquences pour les couples ?

  • Jésus est venu tout restaurer, il est venu « épouser » l’humanité – il l’a dit lui-même (cf. par exemple Mc 2,19) -, et faire des baptisés l’Église son Épouse ; qu’est-ce que cela signifie ?

  • Question d’autant plus importante que c’est de cette Alliance entre le Christ et l’Église que le mariage entre un homme et une femme est le sacrement – saint Paul l’affirme clairement et le développe longuement -. Comment devons-nous entendre ces paroles, notamment celles sur la soumission qui choquent le plus la sensibilité mondaine ? En outre la relation entre le Christ et l‘Église n’est pas exactement la même que la relation entre l’époux et l’épouse : comment s’y retrouver ? Nous allons essayer d’apporter des réponses à toutes ces questions.

 

Tout au long de notre réflexion, nous privilégierons deux aspects essentiels : d’abord la question du lien qui se noue entre Dieu et l’homme, et entre les deux conjoints le jour du mariage – en quoi consiste ce lien ? - ; ensuite la manière dont les époux peuvent le vivre en prenant appui sur les trois piliers de l’alliance que sont la confiance, l’amour et la fidélité [5].

 

 

 

[1]  Pie XI, encyclique Casti conubii sur le mariage chrétien, 31 décembre 1930. 

 

[2]  Saint Jean-Paul II, exhortation apostolique Familiaris consortio sur les tâches de la famille chrétienne dans le monde d’aujourd’hui, 22 novembre 1981. 

 

[3]  Catéchisme d l’Église catholique n° 1601 à 1666 : Le sacrement du mariage.

 

[4]  Saint Jean-Paul II lui a d’ailleurs consacré de nombreuses catéchèses entre le 28/7/1982 et le 15/12/1983

 

[5]  C’est ce que j’ai développé dans le document : Vivre le sacrement de l’Alliance, qui se trouve sur ce site.